#SMALL-TALK : Cédric Oeblinger, CEO d'OWLIE

Dernière mise à jour : 18 juin 2021



Cédric a été diplômé du Master Marketing et Gestion Commerciale de l’IAE de Nancy en 2013.

Il est actuellement co-fondateur et CEO de Owlie, startup spécialisée dans l’innovation et la création de solutions et technologies digitales.




Il nous raconte son parcours et nous partage ses expériences à travers un système de questions/réponses. Merci à Cédric pour sa disponibilité et son implication dans la vie du Master Marketing et Gestion Commerciale de l'IAE !




Avant la création de Owlie :

  • Comment t’es venue l’idée de créer une entreprise ? Quel a été l’élément déclencheur ?


Après plusieurs expériences en gestion de projet et conseil en agence digitale, puis dans un grand groupe en tant que Product Manager d'applications mobiles, j'ai eu envie de mettre à profit ces enseignements afin de faciliter la réalisation de projet d'applications en utilisant des technologies modernes, robustes et scalables. J'ai surtout constaté que gérer un projet technique était un vrai challenge pour les entreprises.

En effet, de nombreux projets IT nécessitent souvent des travaux longs, qui s'étalent parfois sur plusieurs années. Etant adeptes des méthodes lean startup et agiles, j'ai trouvé pertinente l'approche MVP (Minimum Viable Product) qui consiste à se concentrer sur les fonctionnalités principales en vue d'une mise sur le marché rapide d'une première version d'un produit, afin d'en tirer des enseignements puis itérer.

Bien que le MVP puisse prendre des formes différentes, j'ai souhaité appliquer cette philosophie à des produits digitaux (webapp, plateforme SaaS, app mobile, marketplace, boutique e-commerce, etc).

C'est ainsi qu'est née l'aventure Owlie.

  • Depuis quand songeais-tu à te lancer dans l’entreprenariat ?


J'ai toujours eu le goût du commerce et du marketing. L'idée de transformer une idée en une activité professionnelle me trottait en tête depuis mes études, mais j'ai préféré accumuler de l'expérience en entreprise avant de fonder Owlie pour proposer une offre pertinente et adaptée à nos clients sur ce marché. Pour être légitime et crédible dans cet écosystème il faut de l'expérience.

Nous portons des conseils à des entreprises qui pour certaines jouent leur activité en lançant leur MVP (les startups par exemple).

  • Tu t'es lancé seul ou accompagné ?


On s'est associé avec Jordan Matejicek qui est un ami d'enfance et également le CTO du studio. La forte complémentarité entre nos profils et la même détermination à réaliser des produits digitaux performants a fait de notre association une évidence.



Pendant la création de Owlie :

  • Quelles ont été les principales difficultés que tu as rencontrées ?


Il fallait identifier les bons interlocuteurs et les bons conseils sur tout ce qui n'était pas directement dans mes compétences métiers principal (juridique, finance,etc).

  • As-tu été accompagné pour faire tes premiers pas dans le monde de l'entreprenariat ?


Je n'étais pas accompagné, mon objectif était d'aller le plus vite possible pour démarrer la commercialisation de nos services, puis d'apprendre des erreurs pour s'améliorer. J'ai le sentiment que c'est avant tout un état d'esprit qu'il faut avoir, il ne faut pas hésiter à prendre des risques, garder la tête froide et se motiver chaque jour à se dépasser.

  • T’es-t-il arrivé d’être en désaccord avec ton co-fondateur sur certains sujets ?


Notre association est très saine et nous sommes toujours d'accord que ce soit sur la stratégie ou les sujets opérationnels. Si ce n'est pas le cas, on se dit les choses car c'est un pilier de notre culture puisque l'on prône le #NoBullshit.




Après la création de Owlie (analyse critique) :

  • Considères-tu que tu étais suffisamment préparé avant de te lancer ?


J'ai profité de 6 belles années en entreprise pour découvrir cet écosystème sur le terrain dans la gestion de projets digitaux internationaux complexes.

  • Si c’était à refaire, changerais-tu certaines décisions que tu as prises ?


J'assume toutes les décisions prises car elles ont conduit à la situation actuelle, l'entreprise est en croissance, notre expertise technique s'améliore jour après jour et notre portefeuille client s'agrandit. Au regard des commandes renouvelées régulièrement par nos clients qui nous font confiance, ils semblent satisfaits des conseils et projets que nous réalisons pour eux.

  • Les enseignements que tu as suivis en Master Marketing et Gestion Commerciale à l’IAE de Nancy t’ont-ils aidé dans la création de Owlie ?


Les enseignements du Master m'ont apporté une ouverture d'esprit lorsque j'ai débuté ma carrière professionnelle. Lors de la création de la société mon référentiel était davantage l'expérience acquise sur le terrain. Je pense néanmoins qu'une personne souhaitant se lancer dans l'entrepreneuriat en sortie de diplôme aura déjà de bonnes bases de connaissances du marketing et de la vente, ce qui est le point de départ de tout entrepreneur dans les métiers du conseil : il faut vendre, puis trouver comment faire pour réaliser ce qui a été vendu. Cela est différent des métiers d'artisanat où un produit doit bien souvent exister pour être vendu.



Conseils aux Étudiants :

  • Faut-il nécessairement avoir une idée de génie pour se lancer ?


Je pense sincèrement qu'il faut arrêter de chercher " la " bonne idée. Tout le monde a des idées et beaucoup n'en font rien. Des activités plus classiques sont de très bon business modèle et je pense que c'est par là qu'il faut commencer : avant de réfléchir à une idée de concept, il faut réfléchir à un business modèle.

  • Faut-il foncer tête baissée pour créer son business ?


Je conseillerai plutôt un entre deux, foncer oui mais en gardant la tête relevée pour écouter ce qu'il se passe autour. Une entreprise n'est pas un sprint mais un marathon car il faut voir loin et tenir la distance.

  • Est-il nécessaire de disposer d’un capital important avant de se lancer dans un projet de création d’entreprise ?


Tout dépend du projet d'entreprise, à titre d'exemple nous avons créé Owlie avec un petit capital de 1500 euros et étions rentables dès la première année.

  • Quels conseils donnerais-tu aux étudiants pour leurs dernières années d’études ?


N'attendez pas que tout tombe tout cuit dans votre assiette ! Documentez-vous, faites de la veille, lisez des articles, écoutez des podcasts sur l'entrepreneuriat. Surtout construisez-vous un réseau qui vous aidera tout au long de votre parcours entrepreneurial.







97 vues0 commentaire